Le long de Nitia

Des creux, des bosses, des courbes au féminin

19 août 2006

Il était une fois...

Il était une fois des grand-pères un peu sectaires, des grand-pères qui ne savaient raconter que la guerre. Aucune joie de vivre à transmettre, juste des conseils de justice à faire paraître, juste des réflexions sur certains êtres.

J'aurai voulu des grand-pères qui m'racontent des histoires, qui me soutiennent dans mes victoires. J'aurai voulu autre chose que des déboires, avoir enfin de l'espoir.

Il était une fois des grand-pères qui ne se souvenaient plus des dates d'anniversaires, qui n'avaient pas le temps de satisfaire les désirs qu'un enfant peut faire. Une indifférence comme savoir-faire.

J'aurai voulu des grand-pères qui m'racontent des histoires, qui m'sourrient dans mes victoires. J'aurai voulu autres chose que des déboires, avoir enfin de l'espoir.

Ils vécurent heureux, c'est fantastique. Des grand-pères biologiques mais purement synthétique. Un plastique vide, sans émotions, sans sensations, simplement statiques. Des fleurs qui ne s'épanouissent plus mais qui gardent leurs piques.

Posté par nitia à 13:27 - de la bouche de Nitia - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire